fbpx
Nutrition

QUELS SONT LES CORPS GRAS ?

BONNES GRAISSES

Souvent attaqués et mis en cause dans la genèse de divers problèmes de santé, d’esthétique et d’hygiène qui affectent notre organisme, les corps gras font figure de bouc émissaire.

Or ils sont indispensables à la survie de notre corps et à sa bonne santé. Les problèmes liés aux corps gras résident le plus souvent dans l’abus que l’on en fait et dans le mauvais équilibre établi entre les différents membres qui constituent cette grande famille.

Très énergétiques (1 g de lipide apporte 9 calories contre 4 calories pour 1 g de protides ou de glucides), ils contribuent à couvrir les besoins du métabolisme de base (battements du cœur, réactions chimiques dans les cellules, activité céréale, respiration, thermorégulation …) et ceux engendrés par l’effort et toute activité physique.

Les lipides jouent un rôle fondamental dans l’élaboration, le renouvellement et la vie des membranes cellulaires. Ils contiennent par ailleurs d’intéressantes proportions de vitamines A, E, D, et K.

Les lipides se composent d’acides gras. Ceux-ci, en fonction de leur structure, sont dits saturés ou premiers qui, à haute dose, sont nocifs et peuvent générer des troubles cardio-vasculaires, les seconds assureraient en revanche un rôle protecteur au niveau des artères. Parmi les acides gras polyinsaturés se trouvent des acides gras appelés indispensables (acide linoléique et acide linolénique) car l’organisme est incapable d’en faire la synthèse, d’où l’importance de consommer des corps gras.

HUILE D’ARACHIDE

Elle est riche en acides gras mono-insaturés et en vitamine A. elle supporte des températures très élevées et est idéale pour les fritures.

HUILE DE MAÏS, DE TOURNESOL ET PÉPIN DE RAISIN

Ces huiles contribuent à abaisser le taux de cholestérol dans le sang, préviennent les troubles cardio-vasculaires et l’artériosclérose. Elles sont également indiquées pour le traitement des maladies de peau comme les dermatoses, le psoriasis ou l’eczéma.

HUILE DE NOIX

Elle se compose de 90 à 95% d’acides gras insaturés (elle contient les deux acides gras indispensables), contient des vitamines A et B, du calcium et du phosphore.

L’application sur la peau d’huile de noix soulage les brûlures et coups de soleil.

Attention, ne jamais faire cuire l’huile de noix, la réserver pour l’assaisonnement.

HUILE D’OLIVE

Très digeste, l’huile d’olive est riche en acides gras mono-insaturés. Elle est indiquée contre l’athérosclérose et s’avère souveraine contre les affections des voies biliaires. L’huile d’olive possède également un intéressant pouvoir laxatif et sédatif. Prendre une cuillère à soupe le matin à jeun et le soir.

Pour soigner les hémorroïdes et les brûlures, préparer un mélange d’huile d’olive et d’eau (1/2-1/2), fouetter jusqu’à obtention d’un liquide homogène et appliquer.

Quelques cuillères d’huile d’olive avant les repas traitent les inflammations des reins, de l’intestin et de la vessie.

 HUILE DE PÉPIN DE COURGE

Elle s’avère utile en cas de colite ou de constipation et peut intervenir dans la prévention des caries et pour la santé des phanères (ongles, cheveux …). A consommer à raison d’une cuillère à soupe le matin à jeun.

HUILE DE SÉSAME

Outre son goût, le principal intérêt de cette huile réside dans sa richesse exceptionnelle en oligo-éléments et en magnésium elle contribue à tonifier l’organisme et à stimuler l’activité cérébrale.

Huiles de soja et de colza

Ces huiles présentent le grand intérêt d’être riches en acides gras poly-insaturés et de contenir de l’acide linolénique (absent dans les autre huiles, sauf huile de noix et huile de germe de blé) et linoléique, acides gras indispensables.

BEURRE

Le beurre fournit des lipides d’origine animale, il est assez riche en cholestérol (250 mg pour 100 g) et en acides gras saturés peu conseillés pour la santé de nos artères. Cependant, il contient des vitamines A, E et D et participe ainsi à la bonne croissance osseuse, musculaire et nerveuse des enfants.

Il doit être consommé cru ou à peine fondu : la cuisson du beurre libère des substances toxiques (l’acroléine, par exemple).

Tags

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Close