LES DIFFÉRENTES CÉRÉALES - www.BLEDOC.com
Nutrition

LES DIFFÉRENTES CÉRÉALES

advertisement

LES CÉRÉALES

Les céréales contiennent entre 8% et 14% (blé dur) de protéines, ce qui n’est pas négligeable, d’autant plus qu’elles sont de bonne qualité même s’il leur manque quelques-uns des acides aminés indispensables comme la lysine et la méthionine. Pour remédier à cet inconvénient et obtenir des protéines de valeur et d’équilibre nutritionnel parfaits, il suffit de les associer avec les produits laitiers, de la viande, du poisson ou des œufs ou mieux encore des légumineuses telles que les lentilles, le soja ou les pois chiches ; on obtient alors des protéines pauvres en lipides et notamment en acides gras saturés incriminés dans la genèse des maladies cardio-vasculaires.

La richesse en fibres, en sels minéraux et en amidon (sucre lent) des céréales constitue un autre atout de ces aliments trop peu consommés.

On reconnaît qu’un déficit de fibre alimentaires dans notre alimentation a des liens étroits avec des problèmes tels que la constipation ou le cancer du côlon, et est un facteur aggravant des risques diabétiques et cardio-vasculaires, et des surcharges pondérales.

Les sucres lents, pour leur part, présentent l’avantage, en libérant progressivement du glucose, de distiller de l’énergie lentement et à doses raisonnables à l’organisme sans hausse brutale du taux de glycémie. Ils sont recommandés à tous, contrairement aux sucres rapides, et surtout aux diabétiques et aux personnes sujettes aux prises de poids.

Les céréales constituent par ailleurs une bonne source de vitamine du groupe B et de vitamine E au pouvoir antioxydant.

Il faut  veiller à consommer de préférence des céréales complètes car transformées, traitées et raffinées, elles perdent la majeure partie de leurs vitamines, sels minéraux et fibres.

 

AVOINE

Céréale de pays froids, l’avoine est la plus nutritive et énergétique et toutes. Elle se compose de 67% de glucides, de 13% de protéines et de 6% de lipides.

Très riche en fibres, l’avoine facilite le transit intestinal, en bouillie ou porridge, cette céréale, même riche en fibres, n’est pas irritante pour les intestins. L’avoine est riche en sels minéraux dont le fer et le magnésium, elle contient également de l’amidon, du gluten et de l’azote et constitue un apport alimentaire intéressant pour les enfants, les convalescents et les femmes enceintes. Pour préparer le porridge, il suffit de faire cuire pendant cinq minutes les flocons d’avoine mélangés à du lait.

Contre l’acide urique, on peut préparer une décoction de paille d’avoine (une poignée par litre d’eau).

Comme diurétique et contre l’hydropisie, préparer une décoction avec trois poignées d’avoine dans un litre et demi d’eau.

Contre la diarrhée, faire bouillir dans un litre d’eau 50 g d’avoine mondée et boire la décoction une fois qu’elle a réduit de moitié.

Enfin, pour finir, les matelas en balle d’avoine ont la réputation d’assurer un sommeil réparateur aux insomniaques et aux nerveux.

 

BLÉ 

Le blé constitue une source de glucides et d’amidon, il contient par ailleurs peu de lipides (2,5%) et un bon taux de protéines pour une céréale (14% pour le blé dur et 11% pour le blé tendre). Cette céréale présente un grand intérêt nutritionnel. Le blé est riche en gluten, ce qui lui permet d’être panifiable.

Le blé complet, sous forme de pain complet, ou le son dont on peut saupoudrer les aliments ou que l’on peut consommer sous forme de pain de son dynamisent le transit intestinal et sont d’un grand secours pour toutes les personnes aux intestins paresseux.   Attention cependant, le pain au son (le son est l’enveloppe du grain de blé), à la longue, est irritant pour les parois intestinales et freine l’assimilation des sels minéraux, du calcium et du fer notamment, en raison de la présence d’acide phytique, sorte de molécule anti-nutritionnelle.

Le blé sous toutes ses formes s’avère utile dans les cas de rachitisme, d’asthénie, de colite et de dépression.

Une cure de blé germé donne d’excellents résultats pour reminéralisé l’organisme (sur un plat ou un torchon, humidifier les grains de blé et laisser germer trois ou quatre jours). La germination permet de rendre facilement disponibles et de protéines contenues dans le blé.

Le son, outre ses propriétés laxatives, peut aider à adoucir la peau : faire chauffer 100 g de son dans quatre litres de lait et verser dans l’eau du bain (ne pas utiliser de savon).

Les pâtes alimentaires, préparées à partir de blé dur et d’eau, possèdent une bonne qualité nutritionnelle, riches en sucres lent, elles ne sont pas, comme on le dit souvent, trop riches et trop caloriques, il faut incriminer les sauces et accompagnements.

 

MAÏS

Le maïs est riche en vitamines A, PP, B1 et B2. Il contient 65% d’amidon, 9% de protéines et 45% de lipides. Peu consommé tel quel, il entre dans la composition des farines de maïs.

Le maïs doux que l’on trouve en conserve et que l’on consomme comme un légume possède des caractéristiques plus proches de celles d’un légume comme la pomme de terre que d’une céréale classique. Le maïs doux contient du magnésium en d’importantes proportions. Il est peu calorique et se compose en moyenne de 70% d’eau (14% pour le maïs céréale).

La décoction de stigmates de maïs (30 g pour deux litres d’eau à bouillir pendant presque une heure) constitue un excellent diurétique utile pour réduire l’enflure des jambes chez les personnes souffrant de troubles cardiaques ou les femmes enceintes. Cette décoction traite également les néphrites, les calculs rénaux, l’inflammation de la vessie, les cystites de l’albumine.

Contre la sciatique, préparer un cataplasme composé de 200 g de farine de maïs, de 400 g d’eau-de-vie, de 200 g de figues sèches et de 20 g de moutarde noire (à macérer deux jours), laisser agir ce cataplasme ou moins trois heures sur la partie douloureuse.

 

ORGE

L’orge contient de l’amidon en très forte proportions, du phosphore, du calcium, du fer, du potassium, du soufre, de la vitamine E, des vitamines du groupe B (B12 et PP en particulier). L’orge torréfiée donne une boisson apte à remplacer avantageusement le café.

La bouillie d’orge est très fortifiante et reminéralisante. On la conseille aux enfants, notamment, pour préparer la bouillie d’orge, faire tremper toute la nuit deux cuillères d’orge dans  de l’eau, faire cuire pour obtenir une pâte épaisse et ajouter du lait.

L’orge germée, le malt, recèle une proportion exceptionnelle de vitamine B12, c’est pourquoi de nombreuses farines pour bébés en contiennent.

L’orge a des propriétés émollientes, digestives, diurétiques, dépuratives et fortifiantes. Cette céréale s’avère utile par son action calmante sur les inflammations des voies digestives et urinaires.

Une décoction comptant 70 g d’orge pour un litre d’eau constitue une excellente préparation à utiliser en gargarismes contre maux de gorge et l’enrouement.

Pour soulager les lumbagos : faire chauffer jusqu’à épaississement de l’orge mélangée à du vinaigre, enfermer cette bouillie dans de la gaze et l’appliquer sur la partie douloureuse.

Pour combattre les inflammations intestinales et les colites, préparer une décoction en comptant deux cuillères à café d’orge et de racine de réglisse dans un demi-litre d’eau.

 

RIZ

Le riz se compose en majeure partie d’amidon, il est relativement riche en protéines et en sels minéraux ainsi qu’en vitamine B1 et PP.

Le riz non décortiqué est un excellent aliment complet, décortiqué, il perd une grande partie de ses protéines, de ses vitamines, notamment A et B, et toute a cellulose, ce qui en fait un aliment constipant.

Facilite à digérer, le riz convient bien aux dyspepsiques, aux convalescents et aux personnes souffrant d’ulcère. Sa consommation est par contre à éviter pour les diabétiques et les personnes souffrant de constipation.

Contre les hémorroïdes, préparer une décoction avec 300 g de riz pour trois litre d’eau à utiliser en lavage une fois filtrée.

Pour traiter les colites, les diarrhées de toutes sortes et les entérites, boire l’eau de cuisson du riz ou préparer une décoction avez 25 g de riz, 25 g d’orge mondée, 20 g d’avoine, 20 g de blé et 15 g de son dans trois litre d’eau, la passer et boire trois à six petites tasses par jour.

Pour améliorer l’aspect d’une peau couperosée, appliquer des masques à la farine de riz.

 SEIGLE

Le seigle a eu longtemps mauvaise réputation en raison de l’ergot, champignon dangereux qui se développe sur cette céréale lorsque l’atmosphère est trop humide. Aujourd’hui, la culture du seigle est sévèrement contrôlée et l’ergotisme ou « peste de Saint-Antoine » appartient au passé.

Le seigle est riche en diastases, en vitamines et en sels minéraux bien assimilés par l’organisme. On affirme par ailleurs qu’il contient des substances anti-cancérigènes.

On reconnaît au seigle la faculté d’entretenir la souplesse du système veineux, et des artères notamment, et de fluidifier le sang. Le seigle est panifiable tout comme le blé mais moins calorique : le pain de seigle peut constituer un pain de régime. Signalons cependant que le seigle a des propriétés légèrement laxatives dont il faut tenir compte.

 

 

Tags

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Close